lundi ,avril 6 2020
Home / A la une / MISSION D’APPUI BANQUE MONDIALE

MISSION D’APPUI BANQUE MONDIALE

Les infrastructures en point de mire

Le PRAPS Sénégal a reçu du 18 au 22 novembre la 2è mission d’appui de la Banque mondiale pour l’année 2019. Après deux jours de supervision des avancées du projet et du PTBA glissant 2020/2021, la mission a sollicité de l’UCP un certain nombre de compléments d’informations. Il s’agit, pour l’essentiel, d’avoir une meilleure visibilité des activités envisagées et une meilleure lisibilité des documents présentés.

La mission s’est ensuite poursuivie trois jours durant sur le terrain. Objectif : s’enquérir de l’avancement des travaux relatifs aux infrastructures, recueillir le point de vue des populations bénéficiaires et discuter avec elles ainsi qu’avec les autorités administratives, communales et les entreprises. Cette visite de terrain a permis de mesurer l’état d’exécution d’infrastructures aussi importantes que les parcs à vaccination, les forages, les marchés à bétail, les laiteries, les magasins de stockage d’aliments de bétail, les boutiques pastorales, les cabinets vétérinaires privés et les postes d’inspection frontaliers (PIF).

La visite de terrain de la mission a démarré par Bousra Ndawène, dans le département de Koungheul, arrondissement de Missira Wadène avec la visite de courtoisie d’une délégation restreinte au nouveau sous-préfet El Hadj Djiby Bocoum. Cette délégation était composée du Coordonnateur du PRAPS-SN, le Dr Ibrahima Niang, du Chef d’Antenne du PRAPS à Koungheul, Dr Diarra Diakhaté et du nouveau TTL du PRAPS, Dr Caroline Planté.

Bousra Ndawène est un village représentatif des infrastructures du projet. On y trouve un forage avec système AEP complet (château d’eau, abreuvoirs et réseau d’adduction pour les villages satellites). Le château déjà prêt à une hauteur de 15m et une capacité de 150m3. En plus de Bousra Ndawène, le forage va alimenter trois villages satellites sur une distance d’environ 10 km linéaire. Il est doté de 4 abreuvoirs, 15 bornes fontaines à 2 robinets, une cabine de pompage et un logement pour gardien. Devant la mission, le développement (augmentation débit et nettoyage) a été effectué. Le château d’eau est prêt, il reste uniquement la peinture et les essais.

A l’image de Bousra Ndawène, le PRAPS est en train de réhabiliter 3 forages (Payar, Loumbi, Kouthiaba) et de terminer la construction de 7 autres forages. Les forages de Patoulane, Boudouck, Sinthiou Thiakhatt, Ndayar, Médina Salam, Kahal seront fonctionnels en février au plus tard.

Le village dispose également d’un parc à vaccination, d’une boutique pastorale (magasin de stockage d’aliments de 50 T) et d’un périmètre de mise en défens, sorte de banque fourragère mise à la disposition des éleveurs pour mieux gérer les périodes de soudure. Bousra Ndawène est également situé sur l’emprise du couloir de transhumance Kahène-Payar et notamment sur le tronçon n° 2, Touba Alia – Missira Wadène.

Adulés par les bergers et les organisations pastorales, bénis par les agropasteurs et les environnementalistes, salués par les communes et recommandés par les autorités administratives et les politiques, les couloirs de transhumance ont du succès au Sénégal. Et les habitants de Bousra Ndawène l’ont cofirmé aux missionnaires de la Banque mondiale. Pendant une heure d’horloge, les bénéficiaires, les autorités communales en tête, ont répondu aux questions des différents membres de la délégation. C’est un sentiment d’unanime satisfaction qui anime les villageois. Pour eux, le PRAPS apporte bonheur et bien-être avec des solutions adaptées aux problèmes les cruciaux de la zone.

Après Bousra Ndawène, les missionnaires se sont arrêtés à Missira Wadène pour discuter avec les responsables de l’entreprise chargée de la construction du marché à bétail. Ici les travaux ont accusé un grand retard, mais des promesses fermes ont été faites sur le respect d’un calendrier pour livrer l’ouvrage au premier trimestre 2020 au pire des cas ! En plus du marché à bétail, Missira Wadène est également doté d’un magasin de stockage d’aliment de bétail d’une capacité de 100 tonnes.

Le projet a réalisé

Au lendemain de ce périple de plus de 1500 km, la mission d’appui de la Banque mondiale effectué une escale à Déaly, sur la route de Thiel. A Déaly, la délégation a visité le centre de collecte de lait entièrement réhabilité par le PRAPS. Cette unité laitière est l’un des quatre centres de collecte et de refroidissement légué par la multinationale Nestlé. Elle constitue avec celle de Boulal également réhabilitée par le PRAPS, l’une des structures laitières qui ont relevé le challenge de la survie.

L’étape de Thiel a été plus que symbolique. Premier marché à bétail construit par le projet et réceptionné, le marché de Thiel est aussi le premier à être opérationnalisé. Un accord des usagers par l’entremise du comité de gestion a été déterminant. La mairie reçoit 20% des recettes. Le reste est utilisé à payer le gardien (20 000 F/mois), le facilitateur en écriture ou comptable (20 000 F/mois, les 4 colleteurs (équidés, petits ruminants, bovins et les six cantines des femmes, 10% des taxes. Le reste des recettes servira à couvrir les charges d’eau, d’électricité, de maintenance des lieux et d’amortissement des équipements fournis par le PRAPS.

Au total, le PRAPS-SN a réhabilité les marchés à bétail de Linguère et de Thillé Boubacar et entamé la construction de 8 marchés à bétail dont trois déjà réceptionnés (Thiel, Gabou et Niassanté). Altou Fass, Nabadji Civol, Missira Wadène sont très avancés et pourraient être réceptionnés dans le premier trimestre 2020.

La mission a bouclé sa deuxième journée par l’aire d’abattage de Ndioum au crépuscule. Les travaux sont très avancés, mais à cause d’un énorme retard et des promesses itératives non tenues, le contrat été résilié. Les marchés des trois aires d’abattage de Ndioum, Rosso et Kanel seront relancés en même temps que la nouvelle construction de Ourossogui au début de l’année 2020.

Au troisième jour de sa tournée, la mission de la Banque mondiale s’est rendue Tarédji et Thillé Boubacar. A Tarédji, le PRAPS a construit une nouvelle laiterie pour renforcer l’ancienne devenue trop exiguë pour les besoins de l’Association Dental Bamtaaré qui exploite cette unité depuis 1996. En matière d’infrastructures laitières le PRAPS a mis en place 4 laiteries, une fromagerie et 7 unités de collecte. La laiterie de Tarédji dispose d’une unité de collecte à Mafré pour renforcer son potentiel de matière première. L’unité laitière de Tarédji fabrique du fromage, du lait frais, du lait caillé, du yaourt et du beurre de vache.

Le périple de la mission a pris fin à Thillé Boubacar avec la visite du Cabinet vétérinaire privé de proximité. Sur ce modèle, le projet a aussi édifié les postes de Saly Escale et Payar. Des postes vétérinaires d’inspection transfrontaliers sont construits à Médina Diathbé, à Balou et à Rosso (réhabiliation) par le PRAPS. Ces différentes infrastructures viennent s’ajouter aux postes et services vétérinaires construits ou réhabilités dans le cadre de la composante ‘’Amélioration de la santé animale. »

Vérifiez également

VALORISATION DU LAIT LOCAL : LE PRAPS SENEGAL S’ENGAGE

Malgré son potentiel bovin inestimable, la filière laitière sénégalaise cale sur la faible productivité des …