jeudi ,octobre 17 2019
Home / A la une / Atelier de planification pluriannuelle du PDEPS

Atelier de planification pluriannuelle du PDEPS

L’hôtel Club « Les Filaos » de Saly Portudal a abrité les 2 et 3 mai 2019 l’atelier de planification pluriannuelle du Programme de développement durable des exploitations pastorales au Sahel (PDEPS). Cet exercice qui a réuni l’Unité de Coordination du Programme, les Chefs d’Antenne en poste et différents partenaires, avait pour objectif de décliner les prévisions budgétaires en fonction des activités prévues d’ici la fin du programme.

L’objectif global du PDEPS est de contribuer à l’amélioration de la production animale afin d’accroître les revenus et réduire l’insécurité alimentaire dans la région du Sahel, grâce à une meilleure gestion des ressources naturelles, à l’accès aux marchés et à un contrôle accru des maladies transfrontières du bétail. Il est financé par la Banque islamique de développement à travers le Fonds « Life and Livelihoods » pour un montant d’environ 18 milliards de F CFA (30,79 US dollars américains) avec une contrepartie de 3 milliards de F CFA de l’Etat du Sénégal pour une durée de cinq ans (2018-2023).

Le Programme va couvrir 14 départements situés dans cinq régions : Louga (Linguère) ; Matam (Matam, Kanel et Ranérou) ; Tambacounda (Tambacounda, Bakel et Goudiry) ; Kaffrine (Kaffrine, Koungheul, Malème Hodar et Birkelane) ; Saint-Louis (Dagana et Podor). En plus des deux antennes du PRAPS situées à Ndioum et à Koungheul, une nouvelle antenne est prévue à Tambacounda, dans les anciens locaux du PDESOC, autre projet arrivé à terme sur financement de la BID.

Le PDEPS comprend quatre composantes : Développement des infrastructures pastorales et gestion des ressources naturelles (11 970 690 millions US dollars) ; Amélioration des chaînes de valeur lait et petits ruminants (10 701 724 millions US dollars) ; Appui au renforcement des capacités institutionnelles et organisationnelles (3 027 586 millions US dollars) ; Gestion et Coordination du programme (5 085 172 millions US dollars).

Parmi les activités à réaliser, on peut noter la mise en place de 30 unités pastorales, la sécurisation de 300 km de couloirs de transhumance, l’amélioration des ressources fourragères (enrichissement, cultures et constitution de réserves fourragères), mise en place de 1000 ha de mises en défens (régénération assistée, défense et restauration des sols, conservation des eaux et du sol) ; appui à l’innovation (équipements, modernisation des outils de travail…)

Dans le domaine de l’hydraulique pastorale, le PDEPS prévoit la construction de 15 nouveaux forages avec réseaux AEP complets, la réhabilitation de 10 forages avec réseaux AEP complets, l’aménagement de 15 mares pastorales et la construction de 5 retenues d’eau.

Pour faciliter l’accès aux intrants alimentaires, 10 grossistes privés pour la distribution de l’aliment bétail et 30 détaillants privés distributeurs seront appuyés. De même, il est prévu d’accompagner 20 entrepreneurs fourragers.

Dans le domaine de la santé animale, il est prévu l’installation et l’équipement de 8 vétérinaires privés et de 18 techniciens d’élevage. Dans cette même rubrique, 40 parcs à vaccination et 2 postes d’inspection aux frontières « PIF » seront construits et équipés, en même temps que 5 services vétérinaires.

Pour intensifier la production de lait, 10 étables seront construites et équipées, 3000 inséminations artificielles seront effectuées et 50 taureaux de race améliorée acquis sous l’égide du CNAG, partenaire stratégique, chargé de la diffusion pour l’intensification de la production et du suivi des races améliorées (bovins et petit ruminants),

Dans cette logique, l’amélioration de la transformation et de la distribution des produits laitiers va nécessiter l’appui à la mise en place et l’équipement de 8 Unités laitières pour les promoteurs privés ainsi que la mise en place de 38 centres de collecte et l’installation de 50 kiosques de distribution de lait local gérés par des privés.

Parallèlement, 500 boucs et béliers seront mis à la disposition des éleveurs dans le cadre de la création d’unités d’intensification de la production de petits ruminants. L’appui, à cet effet, concernera également la mise en place de 180 ateliers d’embouches et des opérations de tabaski (construction et équipements de bergeries) ainsi que la mise en place de plateformes d’innovation pour les chaînes de valeur.

Afin de mieux maîtriser les engagements budgétaires et éviter les tensions de fin de projet, l’atelier de planification a permis de fixer les activités prévues et les budgets y afférents dans la période 2019-2023. Souple et glissante, la planification permettra, au cours de l’exécution du programme, d’ajuster les activités et le budget en fonction des priorités.

Vérifiez également

Etat d’avancement des activités du PRAPS SN_V2

Etat_avancement_des_activites_du_PRAPS_SN.V2_1Télécharger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.