samedi ,novembre 23 2019
Home / A la une / Atelier de formation sur la méthodologie d’élaboration des plans nationaux de formation des services publics vétérinaires

Atelier de formation sur la méthodologie d’élaboration des plans nationaux de formation des services publics vétérinaires

Dakar 17/09/2019. L’atelier de formation sur la méthodologie d’élaboration des plans nationaux de formation des services publics vétérinaires s’est ouvert le 16 septembre 2019, à l’hôtel « Le Lagon 2 », situé sur la Corniche Est, à Dakar (Sénégal). La cérémonie d’ouverture a été présidée, au nom du Ministre de l’Elevage et des Productions animales, par le Dr Ibrahima Niang, Coordonnateur du PRAPS Sénégal. Cette session de formation est organisée sur l’initiative de la Coordination régionale de la Composante santé animale (CRCSA) du Projet d’Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS), à l’Organisation mondiale de la Santé animale (OIE) par le CILSS.

A l’origine de cette activité, une recommandation : la réunion de concertation organisée à Dakar du 03 au 06 mai 2017 avait clairement manifesté le besoin d’appuyer les pays pour élaborer leurs plans de formation (PdF) en santé animale en vue de renforcer les services publics vétérinaires avec des cadres compétents et en quantité suffisante (vétérinaires, ingénieurs des travaux d’élevage, agents techniques, vétérinaires spécialisés, etc.)

L’objectif général de cette session de formation est d’outiller et de renforcer les capacités des agents concernés par la gestion et la planification de l’utilisation des ressources humaines des services publics vétérinaires sur la méthodologie d’élaboration des plans nationaux de formation.

Les résultats attendus sont les suivants :

  • l’état des lieux des ressources humaines affectées aux services publics vétérinaires nationaux et les politiques et stratégies de développement des ressources humaines sont présentés par chacun des pays ;
  • les procédures techniques permettant l’élaboration d’un plan national de formation des services publics vétérinaires y compris l’élaboration de référentiels emplois et compétences sont maitrisées ;
  • la démarche organisationnelle et rédactionnelle des plans de formation des services publics vétérinaires est conçue de manière participative et maitrisée par tous les participants ;
  • un canevas harmonisé de rédaction du plan national de formation des services publics vétérinaires est validé par tous les participants ;
  • les procédures techniques relatives à la budgétisation et au financement du plan national de formation des services publics vétérinaires sont maitrisées par tous les participants ;
  • les outils de suivi-évaluation du plan national de formation des services publics vétérinaires sont maitrisés par tous les participants ;
  • une feuille de route de mise en œuvre et de suivi du plan de formation est élaborée par les participants de chaque pays.

La formation est assurée par un binôme de FVI (France Vétérinaire Internationale) avec les Dr Jérôme Thonnat et Pascal Hendrikx, tous deux membres de l’équipe mixte SupAgro-CIRAD de Montpellier. Pour le Dr Jérôme Thonnat, « à l’issue de la formation, les participants devraient être capables de construire une analyse de situation en intégrant une approche GPEC (Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences) ; analyser des besoins de formation ; construire un Plan de formation (PdF) et choisir des stratégies ; mettre en place un dispositif de pilotage du PdF et évaluer des activités mises en œuvre dans le cadre d’un plan de formation.»

En ouvrant, la séance inaugurale de l’atelier, le Dr Ibrahima Niang s’est félicité de l’initiative de la Coordination régionale de la Composante santé animale qui vise à donner aux six pays du PRAPS les compétences requises « pour faire face aux multiples défis qui assaillent le mieux-être de nos différents cheptels ». Cette formation ambitionne, selon lui, « d’outiller et de renforcer les capacités des participants par la gestion et la planification de l’utilisation des ressources humaines des services publics vétérinaires. » Ce faisant, le CRCSA s’attaque, de manière frontale, aux principaux obstacles qui inhibent la prospérité des communautés pastorales, a encore soutenu le Coordonnateur du PRAPS Sénégal.

 Parmi les résultats attendus, le Dr Niang a salué « la maîtrise éventuelle des procédures techniques permettant l’élaboration des référentiels emplois et compétences, mais aussi l’harmonisation rédactionnelle des plans de formation des services publics vétérinaires. Pour terminer, le Dr Niang a adressé ses vifs remerciements et sa reconnaissance à la Banque mondiale, à l’Organisation mondiale de la santé animale, au CIRAD, à l’EISMV, au CILSS et à tous les autres partenaires, de  « l’appui constant qu’ils ne cessent d’apporter à nos pays respectifs pour un PRAPS auréolé de succès à l’horizon 2021.»

Auparavant, souhaitant la bienvenue à la vingtaine de participants, au nom du Dr Idriss Oumar Alfaroukh, le Dr Hassane Hadakal, Assistant technique régional chargé de la formation du PRAPS/OIE, avait campé les termes de référence de cet atelier. Selon lui,  « cette formation devait se tenir il y deux ans, mais il fallait d’abord mettre en place un dispositif préalable. Il s’agissait d’abord de faire une première situation de l’état des lieux des SV des six pays du PRAPS. Cette exigence a démarré en complément du disponible, à savoir les rapports PVS pour les pays qui en disposent, en essayant de combler le gap pour les autres. C’est dans ce cadre, a affirmé le Dr Hadakal, « que nous avons eu l’honneur et la chance de parcourir les six pays du PRAPS pour effectuer, avec les SV, un travail qui a consisté à mettre en place une base de données en format Excel. Cette base de données représente un minimum d’informations disponibles sur l’état des personnels des SV des pays concernés en complément de l’existant.»

Le Dr Hadakal a ensuite exprimé son souhait de voir cette formation déboucher sur l’acquisition de compétences durables à transmettre aux générations actuelles et futures, moyennant des ajustements et améliorations périodiques.

L’Ecole inter-états des sciences et médecine vétérinaires (EISMV), partenaire stratégique du PRAPS, fortement impliquée dans la formation initiale et continue des pays sahéliens était représentée par son Directeur Général, Yalacé Yamba Kaboret. Ce dernier a renouvelé la disponibilité de sa structure à accompagner les décideurs africains et les techniciens à rendre toujours plus performants les services vétérinaires  afin d’asseoir un élevage productif et compétitif. Outre la formation, l’EISMV contribue à sécuriser la santé animale en veillant sur la sécurité des médicaments et des vaccins en tant que laboratoire de référence de l’UEMOA.

Pour sa part, le Dr Caroline Planté, TTL du PRAPS régional et Co-TTL du PRAPS Sénégal, a d’emblée admis que la pertinence de cet atelier est de s’attaquer aux faiblesses de l’élevage des pays sahéliens, parmi lesquelles la formation continue et initiale des personnels des services vétérinaires. A son avis, les ressources humaines sont au cœur de la santé et du bien-être des animaux. Mme Planté milite pour une utilisation optimale des disponibilités pour aboutir à des résultats probants. Elle prêche donc pour l’inscription des programmes de formation dans la durée pour éviter les effets « feu de paille ».

Vérifiez également

20è édition de la FIARA : le PRAPS Sénégal appuie quatre laiteries

L’édition 2019 de la Foire internationale de l’Agriculture et des Ressources animales (FIARA) a vécu ! …