MOBILITE DES TRANSHUMANTS : PLAIDOYER DES CADRES DE CONCERTATION POUR PROMOUVOIR LES BONNES PRATIQUES

Évaluer cet élément
(0 Votes)
17 Mai 18
Écrit par Lu 204 fois
Publié dans Dernières nouvelles

Sensibiliser les zones d’accueil pour l’amélioration du séjour et de la mobilité des transhumants. C’est l’objectif de la tournée de sensibilisation effectuée du 04 au 12 mars 2018 par les coordonnateurs des cadres de concertation des départements des zones pourvoyeuses (Dagana, Podor et Matam).

Thierno Mody Ousmane BA, coordonnateur du cadre de concertation des éleveurs de Dagana et ses homologues, Mamadou Ousmane Diallo de Podor et Abdoulaye Samba KA de Matam, ont plaidé pour l’amélioration de la mobilité des transhumants de leurs terroirs dans les départements d’accueil que sont Kanel, Ranérou, Linguère, Koungheul et Koumpentoum ciblés par les éleveurs transhumants.

L’explication est simple et logique : les zones nord du pays ont subi de plein fouet, cette année un déficit pluviométrique de très grande ampleur. Ces aléas climatiques ont massivement alimenté la transhumance du bétail vers les régions plus au Sud.

Au cours de leur périple, les trois missionnaires ont pu compter sur l’assistance de l’antenne du PRAPS à Ndioum, des services régionaux et départementaux de l’élevage ainsi que des chefs de postes vétérinaires et des animateurs du projet. Ils ont pu rencontrer et discuter avec les autorités administratives, les populations des sites visités, les présidents d’Unités pastorales (UP), les organisations communautaires de base (OCB), les agriculteurs, etc.

L’occasion a été saisie pour faire le tour des forages, rencontré les comités de gestion, les techniciens de l’élevage et les transhumants. En effet, l’objectif général de cette mission consistait à sensibiliser les transhumants et leurs hôtes sur les bonnes pratiques susceptibles d’améliorer le séjour et la mobilité des transhumants.

En d’autres termes, les responsables de cadres de concertation avaient pour mission de plaider pour l’amélioration de la mobilité des transhumants, de s’entretenir avec les différents acteurs et de sensibiliser les transhumants sur les bonnes pratiques de la mobilité et des règles de bien séance pour une cohabitation pacifique.

Des émissions radiodiffusées ont été produites par le biais des radios communautaires, partenaires du PRAPS, d’abord au niveau des zones d’accueil pour sensibiliser les transhumants et ensuite au retour, dans les zones de départ, pour informer sur les conditions de séjour des transhumants et les résultats de la tournée.

Le point culminant de la médiatisation de cette tournée a été le point de presse donné le 12 mars 2018 à Tambacounda. Les échos de ces entretiens ont été publiés, entre autres, au niveau de Radio Sénégal et du quotidien « Le Soleil » du 15 mars.

Pour renforcer la confiance et la bonne gestion des points d’eau et des pâturages, il a été demandé aux transhumants de se conformer aux règlements en vigueur dans les zones d’accueil pour éviter les tensions et les conflits. Pour éviter les risques de pénurie, source de tension, les missionnaires ont recommandé d’augmenter la puissance et la qualité des moyens d’exhaure, la fourniture d’aliments concentrés, la lutte contre les feux de brousse, les mesures d’amélioration de la santé animale et de la sécurisation du cheptel.

La mission de sensibilisation des coordonnateurs de cadres de concertation a été initiée par le PRAPS Sénégal qui a pour ainsi dire activé sa composante 2 dont l’objectif est d’améliorer l’accès des pasteurs et agropasteurs aux ressources et espaces pastoraux à travers un meilleur aménagement et une gestion participative.

La stratégie d’intervention pour la mise en œuvre de cette composante se situe au niveau de la sécurisation des différents systèmes de mobilité (petite et grande amplitude), en particulier de la prévention et de la gestion des tensions et des conflits fonciers relatifs à la méconnaissance de la délimitation des espaces pastoraux. Elle met l’accent sur les enjeux de gestion durable des ressources naturelles (eaux et pâturages) et à la sécurisation des mouvements de transhumance afin de prévenir les risques de tensions, voire de conflits, autour de l’accès aux ressources naturelles (eaux, pâturages naturels, résidus de récolte des cultures, etc.).

C’est pourquoi la mise en œuvre de cette stratégie appelle un dialogue social inclusif et durable pour une gestion concertée et durable des ressources pastorales. C’est l’esprit qui a guidé la mise en place de cadres de concertation thématiques impliquant des acteurs pluriels, ayant des préoccupations et des légitimités diverses. Ceci dans le but d’aider à partager des expériences et leçons apprises, mutualiser des connaissances, asseoir des compromis, construire des consensus et accords implicites ou formalisés. L’un des résultats recherchés consiste à faciliter l’aménagement et la gestion des espaces pastoraux à travers les unités pastorales (UP) et l’identification, la matérialisation et la pérennisation des couloirs de transhumance.

La certitude du PRAPS, c’est que les attentes des acteurs du pastoralisme d’une planification endogène, tenant effectivement compte de leurs préoccupations, sont nombreuses. Cette mission a donc offert un cadre favorable pour initier le dialogue et améliorer la prise en compte du pastoralisme dans la planification locale (communes et départements). Dès lors, ces cadres de concertation deviennent des espaces de contribution à la transformation qualitative et durable des communautés d’éleveurs. La finalité est d’exploiter les ressources pastorales de manière concertée et satisfaisante pour l’ensemble des parties prenantes évoluant au niveau communautaire et transfrontalier, dans une logique de gestion rationnelle et pérenne des ressources naturelles.

Contacts : des Coordonnateurs des cadres de concertation impliqués : Thierno Ousmane Mody Sow (Dagana, 77 527 33 32) ; Mamadou Ousmane Diallo (Podor, 77 579 06 78) ; Abdoulaye Samba Ka (Matam, 77 554 96 31).

Dernière modification le jeudi, 17 mai 2018 11:19